Bleach-innovation: le forum Rpg bleach


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Hueco munco

Aller en bas 
AuteurMessage
ex Shinji Hirako

ex Shinji Hirako

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 26/05/2007

Feuille de personnage
Puissance:
Hueco munco Left_bar_bleue13/14Hueco munco Empty_bar_bleue  (13/14)
Reiatsu:
Hueco munco Left_bar_bleue1/1Hueco munco Empty_bar_bleue  (1/1)

Hueco munco Empty
MessageSujet: Hueco munco   Hueco munco EmptyLun 18 Juin 2007 - 21:02

Aizen-sama leur avait généreusement proposé de s'entourer des subordonnés de leur choix : ils n'avaient qu'à prendre les Numeros qu'ils désiraient, il les leur accordaient tous, à l'exception des deux petites soubrettes qui le suivaient partout et de ceux chargés de surveiller les couloirs menant à Las Noches. Certains avaient accueilli la proposition avec un semblant de gratitude, bien que la plupart des membres de l'Espada ne voyaient pas l'utilité de s'encombrer d'Arrancar plus faibles qu'eux, et quelques autres n'avaient pas prêté le moindre intérêt au cadeau que leur faisait leur maître. C'était le cas de Stark qui, dissimulant mal un long baîllement derrière sa main gantée, avait annoncé qu'il trouvait fatiguante à l'avance une telle besogne.
« Vous n'aurez qu'à choisir pour moi, » avait-il suggéré avant de retourner s'affaler sur son tas de coussins, sans se douter le moins du monde que ses semblables n'avaient nullement l'intention de faire pour lui un choix charitable - ou bien en s'en fichant royalement.
Szayelaporro n'avait pas non plus paru très intéressé par la proposition. Après s'être entretenu quelques minutes avec Aizen-sama, il était cependant sorti de la salle du trône un large sourire aux lèvres, et s'était empressé d'aller s'enfermer dans son laboratoire - Yammy était sûr de l'avoir entendu ricaner de manière inquiétante lorsqu'il était passé à côté de lui.

« J'en ai rien à foutre de ces conneries, marmonna Noitora une fois qu'Aizen-sama les ait congédiés, A quoi ça va servir de se coltiner des boulets?
Tu devrais te montrer reconnaissant du présent que t'accorde ton maître, le reprit Haribell.
Tsss! fut la seule réponse du Primero, qui se tournant vers Grimmjow lui demanda : Et qu'est-ce qu'il en pense, le Sexto ? »
Haussement d'épaules de la part de l'intéressé.
« Rien. Encore un truc chiant, répondit-il.
Ah ! »
Noitora eut un sourire triomphant, mais Haribell ne daigna pas même le regarder.
« Vous feriez mieux de faire votre choix maintenant, si vous ne voulez pas être obligés de prendre les plus faibles, leur rappela-t-elle, s'adressant plus au mur qu'aux deux Arrancar à côté d'elle.
Comme si ça faisait une grande différence... Eh, Grimmjow ! »
Celui qui s'était éloigné se retourna.
« Me dis pas que tu vas vraiment aller chercher des Numeros ? ricana Noitora.
J'ai pas besoin d'chercher, ducon, répliqua-t-il, puis il disparut dans un couloir, utilisant le Sonido pour se déplacer plus vite.
Comment tu m'as appelé ?! cria Noitora, s'adressant au vide.
Tu ferais mieux de suivre son exemple...
De quoi j'me mêle, hein ? »

« Booooss-euh ! » s'exclama Di Roy en se mettant à agiter sa main, dès qu'il vit Grimmjow pénétrer dans la petite salle où ils se trouvaient tous.
Le coup de pied qu'il reçut l'envoya valdinguer contre le dos d'Il Forte, qui émit un grognement de contrariété.
« Arrête de beugler dès que j'arrive ! fit le Sexto, la jambe encore levée.
Salut Grimmjow ! dit Edorad adossé contre le mur, les bras croisés, Alors...
Quel était le motif de cette réunion dans la salle du trône ? » l'interrompit Xiao Long, s'attirant le regard meurtrier de l'autre Gilian.
Il n'eut pas le temps de recevoir sa réponse que Di Roy bondissait entre eux, évitant in-extremis le zanpakutô qu'Il Forte abattait dans sa direction, son beau visage déformé par la colère.
« Mais j'ai pas fait exprès, espèce d'abruti ! geignit-t-il, esquivant un autre coup qui l'aurait privé de tête s'il avait fait mouche.
Je veux pas l'savoir ! C'est à cause de toi que mon thé s'est renversé ! » cria l'autre en retour.
Avant que la lame de son sabre ne tranche la table basse, sur laquelle reposait encore une bouilloire fumante, les autres purent remarquer la large tache verdâtre qui s'étendait sur tout le haut du hakama du blond. Di Roy, lui, se sauvait toujours, ne trouvant pas l'occasion de sortir son propre zanpakutô de son fourreau sans se faire charcuter : la salle était vraiment trop petite pour qu'ils s'y battent convenablement.
« Laisse-moi te crever les yeux, avorton !
C'est cui qui donne l'impression de s'être pissé dessus qui m'dit ça ?
Il cherche la merde, hein, » soupira Edorad en les suivant du regard.
Grimmjow n'eut qu'à tendre un bras pour stopper le sabre d'Il Forte, et l'autre pour attraper Di Roy au collet. Le Décimosexto émit un gargouillement étouffé.
« Ca m'emmerde de vous voir gesticuler pour rien, déclara l'Espada, On va ailleurs, que ça ressemble au moins à un truc décent. »

« Quelle plaie ! pensait Noitora au même moment dans une toute autre partie du palais, marchant en donnant des coups de pieds dans le vide, Comme si moi j'avais besoin qu'un abruti me colle en permanence ! »
Il enfonça ses mains dans ses poches. Bon, il avait beau râler après cet ordre stupide, il n'en était pas moins obligé de se plier à la volonté d'Aizen-sama ; il lui en coûtait de le reconnaître, mais Haribel avait raison, il avait plutôt intérêt à mettre la main sur un Numero pas trop nul avant que quelqu'un d'autre ne le lui pique - la blonde, par exemple. Noitora grogna. Ils se planquaient où, les Numeros, d'ailleurs?
Il en était venu à se poser cette question, lorsqu'il entendit soudain des éclats de voix à une intersection quelques mètres sur sa gauche. Dissimulant son énergie spirituelle, le Primero s'approcha discrètement des deux Arrancar qui étaient en train de discuter, en l'occurence une fille qui compensait sa petite taille par des goûts vestimentaires hautement contestables, même pour Noitora, et un homme, visage jeune et doux, arborant un cache sur son oeil droit. Leur conversation paraissait assez animée, et Noitora en perçut une partie avant de les avoir rejoint.
« Tout plutôt que de tomber sur le Sexto ! clamait la fille, une main posée sur la hanche, Ce type est un barbare !
Lilinette, tu ne devrais pas crier ce genre de chose..., fit l'autre d'un air vaguement gêné, comme si celui dont elle parlait allait surgir devant eux.
Ni sur le Cuatro ! poursuivit-elle sans lui prêter attention, Il fait flipper, avec sa tête d'emo ! T'es pas d'accord, Tetsla ?
Ben... c'est vrai que...
Ou alors le Primero ! »
Noitora s'arrêta. Tiens tiens tiens, cette jeune insolente allait-elle dire quelque chose qui lui coûterait la vie?
« Il ne te plaît pas ? voulut savoir le dénommé Tetsla en fronçant légèrement les sourcils.
Tu trouves pas qu'il a un sourire super bizarre ? On dirait que sa bouche coupe son visage en deux, quand il montre ses dents !
Mais...
Et puis il a un drôle de col, aussi. Il ressemble à un champignon. »
Lilinette se serait certainement faite tuer la minute suivante, si Tetsla n'avait pas répliqué de sa voix posée :
« Mais il reste le plus fort de l'Espada.
Mouais...
Et la façon dont il se bat est fascinante. »
C'était flatteur, ça.
« Fascinante ? répéta la petite Numero.
Tu ne l'as jamais vu manier sa faux, pas vrai ? Tu sais, elle est démesurée, et pourtant quand il la fait tourner dans sa main, elle semble plus légère que l'air. Ses gestes sont rapides, trop pour qu'on puisse les suivre, empreint d'une sorte d'élégance aérienne...
Ah ouais, quand même, l'interrompit la jeune fille en hochant la tête, Il t'a tapé dans l'oeil. »
Noitora n'en vit rien, mais les joues de Tetsla rosirent brusquement.
« Pas... pas du tout ! se défendit-il, Je l'admire, c'est vrai, mais je ne...
Ouais, ouais, à d'autres ! se moqua son amie en agitant sa main entre eux deux, Avoue plutôt que t'aimerais bien qu'il te choisisse !
Peut-être. »
Tetsla eut un sourire triste.
« Mais il serait étonnant que Noitora-sama me fasse un tel honneur...
Et pourquoi ça ? demanda Lilinette, T'es plus balèze que beaucoup d'autres ici ! »
Oh, il était fort? Il allait sans doute intéresser Noitora, si tel était le cas. D'ailleurs il s'ennuyait, il en avait assez entendu. En un Sonido il fut contre le dos de la petite Numero, qui poussa un cri étranglé quand il passa sa tête par-dessus son épaule et que ses longues mèches noires s'éparpillèrent dans son cou.
« Vraiment ? Tant que ça ? lui sussura-t-il à l'oreille.
N-N-N-N-N-N-Noitora-sama ! s'écria Lilinette, se tendant brusquement.
Noitora-sama, mes respects ! le salua Tetsla en s'inclinant, vite imité par son amie qui était venue se ranger à côté de lui, et se sentant vaguement inquiet que le Primero ait pû surprendre leur conversation - pas qu'il ait dit quoi que se soit qui risquât de le vexer, mais il ne pouvait s'empêcher d'en être un peu gêné quand même.
'lut, » répondit l'Espada sans plus de formalités.
Il considéra, tête penchée, le Numero qui, face à lui, attendait il ne savait quoi - il y avait toujours quelque chose d'impressionnant dans la présence de l'un des membre de l'Espada. Son sourire effrayant fendit son visage de nouveau alors qu'il déclarait :
« Ouais, tu présentes bien. Mais qu'est-ce qui me dit que ton intérêt se limite pas à ta jolie gueule ?
Bien sûr qu'il vaut mieux qu'ça ! s'exclama Lilinette sans laisser Tetsla répondre lui-même, Il peut l'prouver tout de suite, hein Tetsla ?!
Euh, je suppose, oui, » fit l'intéressé, pris de court.
Revenir en haut Aller en bas
ex Shinji Hirako

ex Shinji Hirako

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 26/05/2007

Feuille de personnage
Puissance:
Hueco munco Left_bar_bleue13/14Hueco munco Empty_bar_bleue  (13/14)
Reiatsu:
Hueco munco Left_bar_bleue1/1Hueco munco Empty_bar_bleue  (1/1)

Hueco munco Empty
MessageSujet: Re: Hueco munco   Hueco munco EmptyLun 18 Juin 2007 - 21:15

Il n'eut pas sitôt prononcé ces mots que les lèvres du Primero s'étirèrent plus encore.
« Ah ouais ? Donc ça te dérange pas si je te teste un peu, pour voir ? »

« Et donc, résuma Xiao Long, De combien de subordonnés dois-tu disposer? »
Le premier couloir suffisamment large pour les accueillir avait suffi, et les deux Numeros concernés avaient recommencé à se battre plus librement ; il était clair qu'Il Forte avait l'avantage. Grimmjow haussa les épaules. Il suivait distraitement des yeux les mouvements des deux autres, grognant quand le petit Arrancar manquait son coup là où lui aurait largement pû en placer trois autres avec la même force de frappe.
« Autant qu'je veux, j'crois, répondit-il.
Nous cinq, en somme, conclut l'Undécimo, Moi, Edorad, Nakim, Il Forte... et Di Roy. »
Il avait prononcé son nom avec une légere intonation de mépris, mais son visage restait imperturbable. Edorad renchérit :
« Il traîne tout l'temps avec nous, mais c'est vrai qu'il est faible l'avorton. »
L'avorton en question fut au même moment projeté contre le mur et le temps qu'il se redresse, la lame du blond était posée sur sa gorge. Il déglutit.
« Je ne pense pas avoir envie de te laisser la vie sauve, après un tel affront..., » lui dit Il Forte d'une voix douce en accentuant la pression de son zanpakutô contre la peau de l'autre.
Di Roy lui aurait bien répondu quelque chose, comme quoi c'était plus la faute du boss que la sienne, mais il fut incapable d'articuler quoi que se soit. Il ne pouvait que regarder fixement les lèvres d'Il Forte s'étirer peu à peu en un sourire cruel, et sentir la peur monter en lui.
« Di Roy aussi, » dit soudain Grimmjow en haussant le ton, ce qui fit tourner la tête dans sa direction aux deux Numeros.
Il répondait visiblement à une question d'Edorad, car ce dernier soupira d'un air résigné. Il Forte haussa un sourcil.
« Quoi, "aussi" ? demanda-t-il, mauvais.
Il veut l'garder comme "subordonné" au même titre que nous, grogna l'imposant Gilian, Tsssch, Mais Grimmjow, t'as pas besoin d'lui !
J'ai besoin d'aucun d'entre vous, répliqua l'Espada, Subordonnés ? C'est une connerie inventée par Aizen-sama, j'vois vraiment pas à quoi vous pourriez me servir !
A éviter de contrarier Aizen-sama, par exemple, suggéra Xiao Long, sans qu'aucun parvienne à deviner s'il était ironique ou parlait sérieusement.
Peuh ! Bon, Forte, il peut plus se battre, c'est plus drôle. J'vois pas l'intérêt d'achever un mec qu'essayera même pas d'parer. »
Le blond ouvrit la bouche pour protester, mais il lui suffit de croiser le regard de Grimmjow pour changer d'avis et, sans un mot, il remit Del Toro dans son fourreau. Di Roy se risqua à pousser un discret soupir de soulagement : il s'en était fallu de peu.
« Merci b-, commença-t-il avant qu'un formidable coup de poing ne le cueille en plein estomac et ne l'envoye s'écraser quelques mètres plus loin.
— Trouduc' ! Si tu t'bats pas mieux la prochaine fois, j'te laisse te démmerder et ça s'ra tant pis pour ta gueule, t'as pigé ? s'écria le Sexto, qui s'était mis à dégager une pression spirituelle menaçante.
O-Okay, boss..., hoqueta Di Roy en se remettant péniblement debout, Okay...
Bien. »

Ailleurs, la poussière soulevée par l'effrondrement d'un mur finissait de se disperser, laissant voir Tetsla appuyé sur son zanpakutô, un genou à terre. Le sang qui coulait de ses blessures, à l'épaule et au torse, avait presque complètement imprégné son vêtement ; une éraflure zébrait sa joue gauche ; plusieurs dents du fragment de masque qu'il portait au front avait été fissurées durant l'affrontement ; enfin, le Numero paraissait être à bout de souffle.
« C'est déjà fini ? » lui lança Noitora en s'approchant d'un pas tranquille.
Il s'avançait les mains vides : il ne lui avait pas été nécessaire de faire appel à son zanpakutô-faux. Le Primero n'en paraissait pas moins satisfait du petit échange que lui et le Numero venaient d'avoir, puisqu'il dit :
« Ouais, c'était pas mal. Y'a pire.
Je peux encore me battre, » souffla Tetsla.
Il ne se sentait pas vraiment capable de continuer comme il le prétendait, mais il ne supportait pas d'offrir un si triste spectacle à Noitora. C'avait été pour lui l'occasion de faire ses preuves devant l'Espada, et il avait échoué.
« Et il insiste, avec ça, rigola Noitora, Décidemment, tu m'plais bien. »
Il se pencha vers Tetsla et se remit à sourire.
« Je crois que je vais te garder avec moi. T'en dis ? »
Les yeux du Numero s'équarquillèrent. Pendant quelques secondes aucun son ne franchit ses lèvres, puis il répondit d'une voix d'où perçait la gratitude :
« Vous me feriez un immense honneur, Noitora-sama.
Hng. Soit pas si officiel, fit l'autre en se relevant, Eh ! Toi ! »
Se voyant appelée, Lilinette sursauta. Tout le temps qu'avait duré le duel, elle s'était protégée derrière les hautes colonnes qui soutenaient le plafond.
« Euh, oui ?
Approche. J'ai une proposition à te faire, à toi aussi... »
Le groupe de Grimmjow, puisqu'ils lui appartenaient officiellement désormais, s'était dispersé peu après qu'Il Forte ait rengainé son zanpakutô, chacun allant vaquer à des occupations qui ne concernaient que lui, ou bien chercher querelle à d'innocents Arrancar qui n'iraient jamais, au grand jamais les provoquer en combat de leur propre chef. Seul Di Roy était resté avec Grimmjow, qui semblait se moquer qu'il le suive ou pas. Ils avaient déjà traversé plusieurs salles lorsqu'enfin le Décimosexto osa demander :
« Eh, boss.
Quoi ? fit l'interpelé.
— Je m'demandais... Pourquoi t'as voulu m'avoir comme subordonné, moi aussi ? »
Il s'attendait à ce que Grimmjow lui en colle une pour lui "prendre la tête" avec ses questions, au mieux qu'il l'ignore, mais le Sexto se tourna vers lui en haussant un sourcil.
« C'est quoi cette question de merde ? grogna-t-il, On traînait déjà ensemble avant, et même si t'es nul t'aimes te battre, j'vois pas pourquoi j'te virerais.
C'est pour ça ?
Ben ouais ! »
L'Espada le dévisagea comme s'il était le dernier des imbéciles et reprit sa marche, lui tournant à nouveau le dos.
« Merci, boss, murmura Di Roy, sans trop savoir de quoi il le remerciait.
T'as dit un truc ?
Non, rien. »

Stark se sentait bien. Très bien. Ses coussins étaient très confortable, la température de la pièce parfaitement adéquate à un sommeil paisible, aucun bruit parasite ne parvenait à ses oreilles... tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusqu'à ce que tout bascule.
Il venait à peine de détecter une présence dans la chambre qu'on introduisait brusquement une main dans sa bouche ouverte ; deux doigts entrèrent violemment en contact avec le fond de sa gorge et s'extirpèrent prestement de son gosier juste avant qu'il ne vomisse.
« Ah... Ah... Qui est l'enfoiré..., siffla-t-il alors qu'un filet de salive reliait ses lèvres au sol.
Faut jamais dormir la bouche ouverte, c'est comme ça qu'on gobe des mouches, » s'exclama une voix aigüe à côté de lui.
Stark leva les yeux vers son agresseur. Il s'agissait d'une jeune fille, son masque cornu recouvrant son crâne et la partie gauche de son visage ; elle portait sans aucun doute la tenue la moins couvrante de tout Hueco Mundo, et si Stark n'avait pas été déjà écoeuré par le goût de bile qui lui collait au palais, il lui aurait peut-être fait remarquer son style vestimentaire déplorable.
« T'es qui, toi ? demanda-t-il d'un air morne en s'essuyant du revers de la main.
Lilinette ! répondit la petite Numero en lui adressant un large sourire, Toi c'est Stark, c'est ça ?
Euh, oui... Mais toi tu...
Ca va, t'as l'air d'avoir une bonne tête ! lui assura-t-elle, On devrait s'entendre.
... pardon ? Je peux savoir d'où tu sors, toi ? marmonna l'Espada, la tête penchée sur le côté, Depuis quand des Numeros se permettent une telle familiarité avec leurs supérieurs ? »
La dénommée Lilinette fit la moue.
« T'es pas au courant ? fit-elle, étonnée.
Au courant de quoi ? » répéta Stark en adoptant une position plus confortable sur ses coussins.
Soudain un terrible doute l'assaillit. Il dévisagea Lilinette d'un air presque inquiet.
« Ne me dis pas que... que les autres t'ont choisie pour...
— Noitora-sama est venu me dire que j'serai sous tes ordres, désormais ! Il me fait un peu peur, mais là Tetsla était avec lui, alors ça pouvait encore aller... eh ! Te rendors pas ! »
La petite Numero se jeta sur le pauvre Espada qui venait d'enfoncer un oreiller sur sa tête et le secoua comme un prunier.
« Allez debout ! Debout !
Pourquoi moi...? » pleurnicha intérieurement le pauvre Stark, maudissant Noitora.
La prochaine fois, il ne demanderait service à personne.
Enfin, il verrait.

[align=center]***[/align]


Depuis quelques jours déjà, d'étranges bruits provenaient du laboratoire de Szayelaporro. Pas que qui que se soit s'en souciât en temps normal, mais le visage de l'Octavo reflétait une trop grande satisfaction, les rares fois où ses semblables le croisaient, et son sourire avait quelque chose d'inquiétant.
« Qu'est-ce qu'il peut bien foutre, ton frangin ? demanda Grimmjow à Il Forte.
Comment je le saurais ? » répliqua le blond.
Même Di Roy eut la présence d'esprit de ne pas lui faire la moindre remarque sur leurs liens fraternels.
Finalement, longtemps après que les autres Espada soient allés présenter leurs subordonnés à Aizen-sama - ce dernier n'avait pas prêté la moindre attention aux yeux larmoyants de Stark et avait à peine haussé un sourcil face au défilé de Numeros de Grimmjow - l'Octavo revint fièrement voir devant son seigneur et maître, tel le bon élève ramenant son bulletin de notes à son père. Il le conduisit jusque dans son laboratoire - Aizen-sama était bien le seul à avoir le droit d'y pénétrer, en-dehors de ceux venus participer volontairement à ses expériences - où il lui dévoila le fruit de ses recherches des derniers jours : une quantité non négligeable de Hollows à l'aspect inhabituel.
« Je les ai quelque peu modifiés, lui expliqua humblement son serviteur, Ils différent des Hollows habituels : plus puissants, plus rapides, un peu plus intelligents... Leurs aptitudes en combat ont été décuplées par mes soins, ainsi que certaines autres capacités, comme une régénération rapide..
Intéressant, se contenta de répondre Aizen, Sont-ce là les Fraccion que tu souhaites prendre sous tes ordres, Szayelaporro ? »
L'Octavo hocha la tête.
«Fais donc comme il te plaira, lui accorda l'ancien capitaine de division.
Je vous en suis reconnaissant, » le remercia l'Espada en s'inclinant bien bas.
Aizen eut un sourire bienvaillant et posa sa main sur sa tête ; ses doigts glissèrent dans les boucles roses, procurant à Szayelaporro un délicieux frisson, mais se retirèrent bien trop vite à son goût lorsque son maître, après lui avoir accordé sa bénédiction, quitta les lieux.

La nouvelle au sujet des Arrancar "fabriqués" par le cadet Grantz se répandit à Las Noches comme une traînée de poudre, et ceux qui en avaient douté jusqu'ici furent bien forcés d'admettre à leur tour que cet individu était très particulier, même pour un membre de l'Espada.
« Complètement barré, résuma Lilinette en opinant fortement du chef, soutenue par les ronflements de son supérieur qui venait à peine de réussir à se rendormir.
Craqué mental, » renchérit Di Roy passé la voir.
Et ainsi de suite à travers tout le palais d'Aizen-sama, lequel se révélait plutôt satisfait que l'un de ses hommes ait de telles compétences scientifiques. (*)
« Observer nos chers membres de l'Espada pendant qu'ils choisissaient leurs seconds t'a-t-il distrait, Gin ? demanda-t-il distraitement à l'autre capitaine renégat.
Mouaaais, y'a eu des passages marrants. Diiites, cap'taine Aizen, z'allez laisser Stark comme il est ?
Eh bien quoi ? Les choses sont très bien comme elles sont. »

« Mais arrête de passer ton temps à dormir, lève-toi !
Li... Lilinette, tu devrais peut-être pas le frapper...
Debout Stark !
Ouiiin... »

[align=center]______


FIN


______[/align]
Revenir en haut Aller en bas
 
Hueco munco
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chad et Orihime dans le Hueco Mundo
» La bataille du Hueco Mundo
» La galerie au ² . [BLEACH & NARUTO & ONE PIECE AMV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach-innovation: le forum Rpg bleach :: Activités hors rp :: HRP :: Flood-
Sauter vers: